La Commission européenne a publié aujourd'hui la stratégie européenne en matière de soins. En réaction à cette stratégie, Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa, la fédération syndicale européenne des travailleurs du secteur des services, y compris des soins, a déclaré :

"La stratégie européenne en matière de soins pose le bon diagnostic, mais elle est loin de prescrire le traitement nécessaire. Elle désigne à juste titre les mauvaises conditions de travail comme étant au cœur des défaillances mortelles des systèmes de soins en Europe. En effet, la qualité des soins que reçoivent nos personnes âgées et vulnérables ne peut être dissociée des conditions de travail des soignants.

"Cependant, la stratégie ne parvient pas à élargir les outils dont disposent les travailleurs pour améliorer leurs conditions. Les gens sont poussés à quitter le secteur des soins et à trouver des emplois dans d'autres secteurs, où les conditions sont moins pénibles et les salaires meilleurs. Pour remédier à l'énorme rotation de la main-d'œuvre dans le secteur, il faut des changements majeurs dans l'ensemble du secteur qui ne sont pas pris en compte dans le document de l'UE - en particulier l'expansion et le renforcement des négociations collectives et des droits d'organisation des travailleurs.

"Afin d'atteindre des niveaux d'effectifs sûrs et la norme de qualité des soins que le public attend, les emplois dans le secteur doivent être attractifs. La première étape consiste à s'assurer que les salaires de la main-d'œuvre majoritairement féminine et migrante sont suffisants pour faire vivre une famille dans la dignité. Avec la crise énergétique en cours et une inflation supérieure à 9 %, la meilleure façon de conserver la main-d'œuvre actuelle et d'attirer de nouveaux travailleurs est de leur donner la parole sur le lieu de travail."

Investissement

"La stratégie souligne la nécessité d'investir davantage dans les soins. Toutefois, l'investissement en soi n'est pas suffisant. La stratégie ne place pas la barre assez haut quant au type d'investissement nécessaire.

"Pour apporter de réelles améliorations à la qualité des soins, tous les investissements doivent répondre à certaines conditions minimales. Pour garantir que les investissements soient consacrés à des équipements de protection, à la formation des travailleurs, à des niveaux de personnel sûrs, à de bonnes infrastructures, à des indemnités de maladie en cas d'auto-isolement ou à des comités de santé et de sécurité, il est fondamental que les travailleurs aient leur mot à dire.

"La pandémie a montré que partout où les travailleurs pouvaient effectivement négocier collectivement, ils ont utilisé leur voix pour obtenir des équipements de protection, des formations aux méthodes de prévention et établir des protocoles de sécurité. L'Europe doit tirer cette leçon et donner aux travailleurs les moyens de fournir des services de soins par la négociation collective sur le lieu de travail et au niveau sectoriel.

"Pour réparer les soins, nous devons nous recentrer sur ceux qui en ont besoin et sur ceux qui les dispensent. Dans de nombreux pays d'Europe, les gouvernements sous-traitent le travail de soins à des entreprises privées. Il est indispensable de veiller à ce que les travailleurs de ces entreprises aient leur mot à dire par le biais d'un syndicat. Il est positif que la stratégie souligne la nécessité que tous les marchés publics du secteur soient socialement responsables. Pour y parvenir, tous les marchés publics et la fourniture de services doivent être attribués uniquement à des entreprises ou à des prestataires de services à but non lucratif qui ont conclu des conventions collectives avec leurs travailleurs."

"Les problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs du secteur des soins de longue durée ne peuvent être résolus que par un dialogue social fort à tous les niveaux. UNI Europa s'engage à lutter ensemble contre le travail non déclaré, l'exploitation du travail et la faible couverture des négociations collectives. L'annonce par la Commission d'un nouveau dialogue social sectoriel pour les services sociaux est un excellent exemple de la manière dont différentes organisations peuvent coopérer, façonner l'avenir du travail et créer des solutions équitables et durables pour les employés, les prestataires de services et les utilisateurs."

Depuis avant la pandémie, UNI Europa fait pression en faveur de politiques européennes visant à améliorer les normes dans le secteur des soins - pour les travailleurs et les bénéficiaires de soins. Elle a récemment publié une étude pluriannuelle, le projet RETAIN, sur les causes et les solutions à la crise du personnel dans les soins de longue durée. Pour plus d'informations sur les solutions à la crise de la pénurie de travailleurs dans le secteur des soins de longue durée, consultez le récent rapport deUNI Europa.

Pour plus d'informations :

Réunions et événements

2022

07

Déc.

Les femmes dans le cinéma européen : faisons-nous des progrès ?

Médias, divertissement et arts

Panel en ligne - Présentation des dernières études quantitatives et qualitatives

17

Jan

UNI Europa Webinaire sur la violence domestique