Les travailleurs de la finance en Europe appellent à la fin de la violence et du harcèlement au travail

Les travailleurs de la finance en Europe appellent à la fin de la violence et du harcèlement au travail

Pouvoir travailler en toute sécurité et dans la dignité, sans violence ni harcèlement d'aucune sorte, est un droit humain fondamental dont aucun travailleur ne doit être privé.

Au cours d'un atelier de deux jours, des syndicalistes et des employeurs du secteur financier européen ont eu l'occasion de partager leurs expériences et d'en savoir plus sur les initiatives prises aux niveaux européen et mondial pour mettre un terme définitif à la violence et au harcèlement au travail.

"La santé et la sécurité des femmes sont mises à mal chaque jour et cela a également un impact sur le lieu de travail", a déclaré Cinzia Ongaro de FISAC-CGIL Italie et vice-présidente du comité des femmes de UNI Europa . "La législation ne suffit malheureusement pas si elle n'est pas correctement mise en œuvre - nous avons besoin d'un tollé général pour éliminer définitivement la violence et le harcèlement !" a-t-elle ajouté.

Cela fait presque 3 ans que l'OIT a adopté, en juin 2019, sa Convention 190 sur l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail et pourtant, à ce jour, seuls 11 pays dans le monde l'ont ratifiée - et seulement 3 d'entre eux en Europe ! (Italie, Grèce et Royaume-Uni).

"Cette situation est inacceptable, surtout quand on sait qu'une femme sur trois sera victime de violence au cours de sa vie", a déclaré Amel Selma Djemail, UNI Europa , directrice de l'égalité des chances. Que cela se produise sur le lieu de travail ou non, le fait d'être victime de violence et de harcèlement aura invariablement un impact sur les performances et la productivité d'un travailleur, et soutenir la victime tout en garantissant une procédure régulière doit faire partie du devoir de diligence de l'employeur.

"En tant que partenaires sociaux européens, nous devons présenter une voix unifiée pour développer des outils robustes pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail !", a poursuivi Amel. "L'adoption de la C190 de l'OIT n'est qu'une première étape - il nous appartient maintenant, en tant que syndicats, de faire campagne pour sa ratification et de négocier des accords solides avec les employeurs pour prévenir la violence et le harcèlement au travail."

L'un de ces exemples est la déclaration conjointe historique récemment signée par les partenaires sociaux de l'assurance européenne. "Je suis fière que le secteur européen de l'assurance ait montré l'exemple en négociant des engagements communs sur la diversité, l'inclusion et la non-discrimination", a déclaré Bianca Cuciniello, directrice du bureau de l'organisation UILCA Italie et membre du groupe de pilotage du projet. Ce sentiment a été soutenu par le codemandeur du projet, l'AMICE, l'Association des assureurs mutuels et des coopératives d'assurance en Europe. "Les assureurs mutuels et les coopératives d'assurance d'Europe croient en un secteur diversifié et inclusif, travaillant avec les syndicats pour garantir un lieu de travail où chacun est protégé et peut travailler en sécurité", a déclaré Sarah Goddard, secrétaire générale de l'AMICE.

"Le secteur financier européen montre la voie sur cette question importante - les syndicats négocient des accords solides au niveau mondial, national, sectoriel et de l'entreprise pour mettre fin à la violence et au harcèlement au travail", a déclaré Maureen Hick, UNI Europa Finance Director, dans son aperçu des actions prises sur cette question importante dans le secteur.

Il existe d'excellents exemples de conventions collectives solides négociées par les syndicats pour protéger les travailleurs et garantir aux victimes l'accès à une procédure régulière. "Les conventions collectives du secteur financier espagnol sont claires : toute violence et tout harcèlement au travail constituent un cas de faute extrêmement grave et doivent être traités rapidement et fermement", a déclaré Nuria Lobo Aceituno de CCOO Servicios Espagne. "Personne ne devrait aller travailler dans la peur et les victimes doivent recevoir le soutien nécessaire pour dénoncer les auteurs", a-t-elle ajouté.

Cependant, faire en sorte que les victimes se sentent suffisamment en sécurité pour parler fait également partie de la bataille. "45% des employés du secteur financier suédois ont été victimes de harcèlement au travail, mais les niveaux de signalement restent scandaleusement bas", a déclaré Ella Sjödin de FSU Suède. "Le signalement est crucial, mais un véritable suivi de la part de l'employeur l'est tout autant. La direction et les syndicats doivent tous deux être formés à la manière de traiter les incidents de violence et de harcèlement de manière appropriée et juste", a-t-elle ajouté.

LeDr Jane Pillinger, experte mondiale en matière d'égalité des sexes et de violence sexiste au travail, a également souligné que le secteur de la finance a un rôle important à jouer non seulement pour protéger et soutenir sa main-d'œuvre mais aussi ses clients. "Environ 90 % des cas de violence domestique impliquent un abus financier. Le secteur de la finance pourrait jouer un rôle clé en fournissant des services de soutien cruciaux aux victimes", a-t-elle noté, ajoutant : "Des études montrent que les lieux de travail syndiqués instaurent plus de confiance et sont plus susceptibles de négocier des politiques et des solutions communes pour prévenir la violence et le harcèlement."

L'atelier s'est terminé par un brainstorming sur ce qui devrait être inclus dans les lignes directrices intersectorielles qui seront développées tout au long du projet et présentées lors de sa conférence finale l'année prochaine. Les points clés qui sont ressortis des discussions sont que nous avons besoin de conventions collectives solides sur cette question, qui sont continuellement contrôlées et révisées, et que l'employeur a un devoir de diligence et doit prendre ses responsabilités en matière de santé et de sécurité au sérieux, y compris en sensibilisant et en fournissant une formation.

Cet atelier spécifique à la finance était l'un des 7 ateliers sectoriels qui seront organisés dans le cadre du projet conjoint de dialogue social intersectoriel de l'UE UNI Europa "Éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail" (VS/2021/0041). L'inégalité entre les femmes et les hommes persiste dans le monde du travail sous de nombreuses formes, qu'il s'agisse des perspectives de carrière, des possibilités d'évolution ou des conditions d'emploi. L'objectif de ce projet intersectoriel UNI Europa Equal Opportunities est de mettre fin à la violence et au harcèlement au travail, y compris de la part de tiers, et de s'attaquer à la violence domestique, car - avec l'augmentation du travail à distance - le domicile est devenu le nouveau lieu de travail.

Afin d'atteindre cet objectif, UNI Europa :

  • continuer à faire campagne pour la ratification de la convention 190 et de la recommandation 260 de l'OIT ;
  • former et informer sur les outils et mécanismes disponibles pour prévenir la violence et le harcèlement dans le monde du travail ;
  • encourager les affiliés et les organisations d'employeurs à utiliser la négociation collective comme un outil pour atteindre ces objectifs ;
  • s'attaquer à l'écart entre les salaires et les pensions des hommes et des femmes afin de résoudre le problème de la violence économique ;
  • discuter du contenu du projet de directive européenne sur la transparence des salaires ;
  • encourager la participation active aux campagnes, activités, marches et protestations ;
  • combattre toutes les formes de régression sociale ;
  • soutenir une stratégie conjointe des partenaires sociaux à multiples facettes, y compris l'échange de bonnes pratiques pour lutter contre l'exclusion et la discrimination sur le lieu de travail ainsi que le développement de cultures participatives sur le lieu de travail où l'inclusion et la diversité sont une priorité ;
  • et développer des lignes directrices européennes intersectorielles pour les travailleurs des services sur la prévention de la violence et du harcèlement au travail.

Pour de plus amples informations sur le projet, veuillez contacter Amel Selma Djemail, directrice de l'égalité des chances, à l'adresse UNI Europa .

Les présentations de l'atelier du secteur financier des 30 et 31 mars 2022 UNI Europa peuvent être consultées ici :

 

Réunions et événements

2022

07

Déc.

Les femmes dans le cinéma européen : faisons-nous des progrès ?

Médias, divertissement et arts

Panel en ligne - Présentation des dernières études quantitatives et qualitatives

17

Jan

UNI Europa Webinaire sur la violence domestique