Comme en Roumanie, l'UE peut - et doit - soutenir les aspirations des travailleurs

De Bruxelles à Bucarest : l'UE peut et doit faire la différence pour les travailleurs.

Comme en Roumanie, l'UE peut - et doit - soutenir les aspirations des travailleurs

Le 6 mars 2024, UNI Europa, le Syndicat européen des travailleurs des services, a organisé une réunion politique entre des représentants syndicaux européens et roumains et des parlementaires européens à Bucarest. Les participants ont discuté des réussites des travailleurs roumains qui s'organisent pour obtenir de meilleures conditions, des étapes législatives nationales et européennes, et des efforts de collaboration qui ont permis aux travailleurs roumains de s'émanciper dans divers secteurs.

Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa, a donné le ton : "La négociation collective permet aux travailleurs d'avoir leur mot à dire sur leur lieu de travail, en ouvrant une voie où la force réside dans l'unité, l'équité dans la négociation et le progrès dans la collaboration. C'est la pierre angulaire de la démocratie sur le lieu de travail, qui garantit la dignité, l'équité et une prospérité partagée pour tous".  

Dan Paraschiv de Federatia Sindicatelor din Asigurari si Banci (FSAB) et Florentin Iancu de Sindicatul IT Timișoara (SITT) - deux syndicats membres d'UNI - ont souligné le succès des négociations collectives dans le secteur bancaire roumain, qui témoigne du pouvoir de l'unité et de la négociation pour garantir des conditions de travail équitables à 25 000 travailleurs. de l'unité et de la négociation pour garantir des conditions de travail et des droits équitables à 25.000 travailleurs..

Les représentants des travailleurs roumains ont indiqué que les secteurs des ICTS, du commerce et de la finance utiliseront la directive européenne sur le salaire minimum adéquat pour promouvoir la négociation collective et fixer des salaires minimums adéquats.

Ils partagent également le défi que représente la faible couverture des négociations collectives dans le secteur privé en Roumanie, où de nombreux travailleurs se trouvent dans des situations économiques précaires. C'est pourquoi ils considèrent que l'objectif fixé par la directive européenne sur les salaires minimums d'atteindre une couverture de 80 % des négociations collectives est très important. Leurs syndicats s'engagent à lutter pour atteindre cet objectif pour les travailleurs roumains.

Vasile Gogescu du syndicat membre d'UNI Federatia Sindicatelor din Comert (FSC) a raconté une étape législative importante...La loi roumaine de 2022 sur la négociation collective et le dialogue social. Après des années de déclin, cette législation a permis une résurgence de l'organisation des travailleurs. Les améliorations qu'elle apporte aux droits des travailleurs sont les suivantes :

  • la négociation collective au niveau de l'entreprise (mais pas la conclusion d'un accord) devient obligatoire pour les employeurs d'au moins dix salariés ;
  • une présence au niveau de l'entreprise peut être établie par un syndicat lorsqu'il compte au moins 15 membres ;
  • un syndicat peut être reconnu au niveau de l'entreprise lorsque 35 % des employés sont membres (auparavant, le seuil était de 50 % +1) ;
  • Les syndicats peuvent être reconnus au niveau sectoriel s'ils représentent au moins 5 % des travailleurs du secteur ;
  • les négociations multi-employeurs et sectorielles sont facilitées et, dans certains cas, les accords sectoriels peuvent être rendus contraignants pour l'ensemble du secteur ;
  • les conventions collectives intersectorielles sont à nouveau légalisées ;
  • les actions de grève sont facilitées et les grèves à l'échelle nationale deviennent légales ;
  • les employeurs doivent fournir des informations aux représentants des travailleurs et les consulter sur un plus grand nombre de sujets, et
  • les obstacles à l'accès des travailleurs aux syndicats sont levés.

Cela n'aurait pas été possible sans les efforts incessants des syndicats et le soutien de l'Union européenne sous la forme de la directive, qui a eu un effet direct sur l'adoption de la loi. La nouvelle loi roumaine devrait servir de modèle aux autres États membres de l'UE qui cherchent à mettre en œuvre la directive européenne. 

Le député européen Dennis Radtke (PPE, Allemagne), figure clé de la commission de l'emploi et des affaires sociales et de l'adoption de la directive européenne, a souligné l'importance d'atteindre un taux de couverture des négociations collectives de 80 % dans tous les États membres de l'UE. Les efforts de défense des intérêts des travailleurs sont étroitement liés aux cadres législatifs dans la conduite d'un changement social significatif - et l'Union européenne a récemment joué un rôle positif dans ce contexte.  

Dennis Radtke a fait part de sa joie en entendant ces témoignages positifs:"Ces résultats correspondent à ce que j'espérais lorsque j'ai rédigé et négocié la directive sur le salaire minimum. Je suis très heureux de voir comment ce travail a contribué à ce que les travailleurs roumains soient mieux représentés et mieux payés. C'est une différence importante que nous pouvons faire ensemble avec le projet européen".  

Grâce à l'action collective, au plaidoyer législatif et à une solidarité sans faille, les travailleurs roumains tracent la voie vers un avenir défini par l'équité et la dignité. Il appartient maintenant aux autres États membres de reproduire ce succès et de s'en inspirer.

Plus d'informations ici :

Vous pouvez également être intéressé par


Réunions et événements

2024

26

Jun

-

26

Jun

UNI Europa Atelier et conférence sur les négociations collectives et la directive sur le salaire minimum

UNI Europa accueille une conférence sur les prochains plans d'action nationaux concernant les négociations collectives dans le cadre de la directive européenne sur le salaire minimum.

10

Juillet

1er atelier - Projet : Suivi et poursuite de la mise en œuvre autonome de l'accord-cadre européen sur la santé et la sécurité au travail dans le secteur de la coiffure

04

Sep

Réunion du réseau CEE Commerce/Tourisme

Commerce

horaires : de 9h30 à 12h00