Placer les travailleurs au centre de la stratégie européenne de soins de santé

Placer les travailleurs au centre de la stratégie européenne de soins de santé

UNI Europa fait pression pour que la prochaine stratégie européenne en matière de soins renforce les droits syndicaux, les négociations collectives, les conditions de travail, les niveaux de dotation en personnel et la qualité des soins. Pour s'assurer que les intérêts des travailleurs soient intégrés dans la stratégie, UNI a travaillé avec des décideurs clés dans les trois institutions législatives de l'UE.

"La qualité et la sécurité des soins que les gens reçoivent ne peuvent être dissociées des conditions de travail des soignants. Au lendemain de la pandémie, il y a une prise de conscience collective du fait que les bénéficiaires des soins et les travailleurs ne disposent pas de ressources suffisantes. Nous n'abandonnerons pas les centaines de milliers de personnes qui travaillent dans le secteur privé des soins. Le moment est venu de faire pression pour obtenir des améliorations et la stratégie européenne de soins est un instrument majeur pour remédier aux lacunes dévastatrices que les deux dernières années ont mises en évidence dans toute l'Europe", a déclaré Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa.

Commission européenne

La Commission européenne est l'acteur central dans l'établissement de la stratégie européenne des soins. L'approche d'UNI visait à démontrer l'objectif commun des partenaires sociaux et des actionnaires de relever la barre dans le secteur des soins et de montrer que la négociation collective forte est le principal outil que l'UE peut pousser. Pour ce faire, elle a organisé une réunion entre l'Initiative des investisseurs pour une gestion responsable, coordonnée par UNI, et le commissaire à l'emploi et aux droits sociaux Nicolas Schmit. Lancée en 2021, l'Initiative rassemble plus de 130 investisseurs institutionnels, qui gèrent des actifs d'une valeur de 3 700 milliards d'euros.

Le commissaire Nicolas Schmit a répondu très positivement et a souligné la nécessité d'un comité de dialogue social sectoriel dans les services sociaux. UNI Europa fait actuellement pression pour faire avancer et renforcer les efforts visant à créer une structure de dialogue social sectoriel inclusive et représentative.

"Des syndicats forts sont nécessaires pour maintenir des ratios patients/personnel sûrs, la fourniture d'équipements de protection ou des charges de travail gérables qui permettent de fournir des soins de qualité sur le long terme. Tous les acteurs reconnaissent que les syndicats peuvent apporter un éclairage unique pour susciter des changements au sein des entreprises du secteur. Au cours de l'année dernière, nos actions ont jeté des bases solides pour améliorer les politiques et les pratiques des entreprises grâce au dialogue avec les investisseurs", a déclaré M. Roethig.

Dans le cadre de la coalition des OSC sur les soins de longue durée, UNI a envoyé une lettre à la Commission européenne intitulée " La stratégie européenne en matière de soins doit s'aligner sur les demandes du Parlement européen " . La lettre demande que la résolution du Parlement européen soit pleinement reflétée dans la stratégie européenne de soins.

Parlement européen

UNI Europa a établi des relations de longue date avec les membres du Parlement européen au sein des principales commissions. Cela a permis de susciter la contribution de l'institution à la stratégie européenne des soins et de renforcer la voix collective des travailleurs des soins.

Deux commissions parlementaires ont récemment présenté un rapport d'initiative conjoint intitulé Vers une action européenne commune en matière de soins. Le rapport des commissions de l'emploi (EMPL) et des femmes (FEMM) a souligné le rôle important que les syndicats devront jouer dans le secteur des soins de longue durée. Le rapport a été adopté par le Parlement européen et vise spécifiquement à faire progresser les droits d'organisation des travailleurs. 

Les rapports d'initiative sont le principal moyen pour le Parlement européen d'initier une action législative (pour laquelle il requiert également la Commission européenne). Si les dispositions devaient être intégrées dans le droit européen, cela créerait un nouveau cadre pour la négociation collective dans le secteur des soins au sens large - y compris les travailleurs des soins personnels et à domicile - dans toute l'Europe. Ce rapport envoie un message fort à la Commission européenne pour que la stratégie européenne des soins garantisse que les travailleurs du secteur des soins aient un droit de parole collectif fort. UNI Europa a fait pression sur plusieurs députés européens et partis européens, ce qui a conduit à l'inclusion de plusieurs points clés comme les droits syndicaux.

"Ce rapport du Parlement européen témoigne de la manière dont les activités d'organisation d'UNI Care Europa en Europe centrale et orientale et en Europe du Sud-Est, ainsi que son travail de plaidoyer et de lobbying au niveau européen, peuvent aller de pair pour renforcer les droits des travailleurs et le pouvoir des syndicats", a déclaré Adrian Durtschi, responsable d'UNI Care.

États membres

Par le biais du Conseil, les États membres de l'UE ont également leur mot à dire dans l'élaboration de la stratégie européenne de soins. UNI a travaillé avec des alliés clés pour défendre avec force le maintien des revendications syndicales dans la version finale.

En Espagne, les syndicats ont réussi à placer la crise des soins en tête des priorités du gouvernement. Tout récemment, UNI a participé à un séminaire de haut niveau avec la vice-présidente et ministre espagnole du Travail et de l'Economie sociale, Yolanda Diaz, organisé par le syndicat CCOO. L'événement était axé sur la création d'une stratégie européenne pour le secteur des soins dans une perspective féministe et syndicale.

"Nous devons travailler ensemble pour apporter les changements nécessaires afin de parvenir à la professionnalisation du secteur des soins avec le féminisme au cœur", a déclaré Mme Diaz.

"Le grand pacte d'État sur les soins est l'un des éléments centraux pour configurer le nouveau contrat social du XXIe siècle", a déclaré Unai Sordo, secrétaire général de CCOO, soulignant l'importance d'investir dans les soins à la lumière de la pandémie.

S'exprimant lors de la réunion, la responsable de l'égalité des chances d'UNI, Veronica Fernandez Mendez, a déclaré :

"Sur tous les continents et dans tous les pays, le travail de soins est effectué par des femmes. Nous ne pouvons pas exclure le rôle de la discrimination systémique fondée sur le sexe lorsque la majorité des personnes occupant des postes de direction sont des hommes et que la grande majorité des travailleurs sont des femmes."

Elle a déclaré que donner une voix aux travailleurs par le biais de la négociation collective était le moyen le plus efficace de relever les principaux défis auxquels sont confrontés les travailleurs du secteur des soins, notamment les salaires de misère et les niveaux de personnel inadéquats.

"La négociation collective sectorielle donne aux travailleurs la possibilité d'améliorer les conditions dans l'ensemble du secteur et de faire partie de la solution. Certains signes montrent que l'UE prend conscience des structures sous-jacentes qui suppriment les conditions des travailleurs. Si l'UE veut vraiment changer la situation, les décideurs doivent commencer par exiger que les marchés publics - un point de pression majeur dans le secteur des soins - limitent l'éligibilité aux entreprises qui respectent les droits de négociation collective des travailleurs", a déclaré Mendez.

Pour en savoir plus sur l'événement, consultez le site web de CCOO.

Réunions et événements

2022

30

Nov

Comité de dialogue social sectoriel Services postaux Réunion plénière

Poste et logistique

Horaire et lieu : A CONFIRMER

01

Déc.

Réunion de dialogue social du secteur du commerce

Commerce

Calendrier à confirmer

02

Déc.

Réunion Q-Commerce

Commerce

Calendrier à confirmer