Les partenaires sociaux du travail intérimaire disent "non" aux briseurs de grève au Royaume-Uni

Les partenaires sociaux du travail intérimaire disent "non" aux briseurs de grève au Royaume-Uni

Le projet du gouvernement britannique de briser les grèves avec les travailleurs intérimaires a rencontré un nouvel obstacle la semaine dernière, les agences de recrutement ayant clairement exprimé leur opposition aux propositions. Néanmoins, les plans ont été approuvés par les membres du parlement britannique le 11 juillet 2022.

Dans une lettre adressée à Kwasi Kwarteng, secrétaire d'État britannique aux affaires, à l'énergie et à la stratégie industrielle, les PDG britanniques des plus grandes agences de recrutement du pays se sont opposés à la proposition du gouvernement de revenir sur une interdiction vieille de plusieurs décennies d'utiliser des travailleurs temporaires pour remplacer des grévistes. 

Les objections contre cette proposition sont largement ressenties, incluant les agences ainsi que les syndicats. "Les deux partenaires sociaux internationaux (CME et UNI Global) soulignent la nécessité d'un dialogue social tripartite constructif au niveau approprié pour aborder cette question", a déclaré Bettina Schaller, présidente de la Confédération mondiale de l'emploi. Le protocole d'accord entre les entreprises membres de la Confédération mondiale de l'emploi et UNI Global, signé en 2008, a souligné l'importance du dialogue social sectoriel au niveau national et au niveau des entreprises, qui est essentiel pour relever les défis actuels du marché du travail.

UNI Global Union et les membres corporatifs de la Confédération mondiale de l'emploi ont un accord de longue date qui fixe des lignes directrices pour une réglementation appropriée du secteur, notamment "l'interdiction de remplacer les travailleurs en grève par des employés d'agences temporaires, sans préjudice de la législation ou des pratiques nationales". 

"La tentative du gouvernement britannique de faciliter le bris de grève ne fera que jeter de l'huile sur le feu du mécontentement qui se répand dans tout le pays", a déclaré Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa. "Les agences de recrutement ont tout à fait raison de dénoncer ce type d'action syndicale comme étant mauvaise pour les affaires et mauvaise pour les droits des travailleurs. Nous les appelons à continuer à être à la hauteur de leurs valeurs et à continuer à résister à tout changement de la loi britannique visant à autoriser cette pratique flagrante." 

Téléchargez ce texte commun comme un document PDF ici.

Réunions et événements

2024

05

Mar

Réunion du groupe de travail sur les services postaux du comité sectoriel SD

Poste et logistique

Horaire : A CONFIRMER

05

Mar

Comité directeur du commerce

Commerce

08

Mar

Réunion du groupe de travail du comité de dialogue social de l'audiovisuel de l'UE - en ligne

Médias, divertissement et arts