Conférence finale du projet sur le rôle des syndicats dans la Fintech

16.05.22

Finances

Conférence finale du projet sur le rôle des syndicats dans la Fintech

Conférence finale du projet sur le rôle des syndicats dans la Fintech

Le 10 mai, la conférence finale du projet de recherche financé par l'UE (VS/2020/0113), qui a étudié l'impact des entreprises Fintech sur le secteur financier, ainsi que le rôle que les syndicats pourraient jouer pour garantir de bonnes conditions de travail dans l'ensemble du secteur, a eu lieu à Copenhague. Parmi les 60 participants figuraient des membres de syndicats provenant d'un large éventail de pays européens, ainsi que des représentants d'organisations patronales et d'associations Fintech.

Le projet, qui est en cours depuis deux ans, est géré conjointement par UNI Europa, les Unions financières nordiques et l'Université de Göteborg. D'autres chercheurs se sont ajoutés à l'équipe de recherche, notamment des représentants de l'université de Tartu, de l'université de Radboud et de l'université de Copenhague. Le projet a quatre pays cibles, à savoir la Suède, les Pays-Bas, l'Estonie et le Danemark, dans lesquels des entretiens et des recherches spécifiques ont été menés afin d'établir des comparaisons et de mettre en évidence les meilleurs exemples de cas entre les différents pays.

Après une présentation des résultats du projet par l'un des chercheurs principaux, Bertil Rolandsson, quatre panels ont été organisés tout au long de la journée. Alors que les deux premiers panels étaient consacrés à la discussion des résultats de la recherche et à l'approfondissement des spécificités du développement des Fintech dans les pays ciblés, les deux derniers panels se sont concentrés sur l'importance des compétences dans le secteur financier et sur la voie à suivre pour les syndicats et la partie Fintech du secteur financier.

Le premier panel, intitulé "Discussion des aspects nationaux du rapport de projet", a réuni Anna Ilsøe, professeur associé, Centre de recherche sur les relations de travail, Université de Copenhague, Jaan Masso, directeur de programme, Faculté d'économie et d'administration des affaires de l'Université de Tartu, Bengt Larsson, professeur de sociologie, Faculté des sciences sociales de l'Université de Göteborg et Paul Suilen, qui travaille avec la FNV et la banque centrale néerlandaise aux Pays-Bas. Le panel a été modéré par Morten Clausen, directeur de la réglementation financière, UNI Europa Finance, et a donné aux panélistes l'occasion de développer les recherches spécifiques aux pays qu'ils ont effectuées pour le projet. Des exemples tels que la convention collective signée par Finansforbundet et l'organisation des employeurs pour les entreprises Fintech au Danemark ont été évoqués, ainsi que le fait que les Fintech ne semblent pas perturber le secteur financier comme on le pensait au départ, mais développent plutôt leurs propres niches ou s'intègrent dans le cadre existant. La coopération souvent à court terme entre les Fintechs et les institutions en place a également été mentionnée comme un signe du dynamisme accru du secteur. En ce qui concerne les syndicats dans le secteur, les participants ont convenu que les syndicats devaient élargir leur coopération avec d'autres parties prenantes, afin d'inclure les associations Fintech, les universités et les lieux où les travailleurs Fintech peuvent être atteints, élargissant ainsi leur exposition et leur capacité à atteindre les travailleurs Fintech qui ont souvent très peu de connaissances sur les syndicats et n'en voient pas l'utilité jusqu'à ce qu'ils se trouvent éventuellement dans le besoin d'un soutien supplémentaire. La manière dont cette exposition peut avoir lieu devra bien sûr varier d'un contexte à l'autre, mais un exemple pourrait être de créer des espaces de bureaux où les Fintech pourraient se rencontrer et travailler ensemble, puisque la coopération et l'échange d'idées sont souvent beaucoup plus répandus dans la communauté Fintech que dans le reste du secteur financier.

Le deuxième panel, intitulé "Réflexions des partenaires sociaux sur le rapport de projet et exploration d'initiatives connexes", a réuni des intervenants des syndicats, Massimo Mensi, chef de département, UNI P&M et Oliver Hauser, Gewerkschaftssekretär, Ver.di, ainsi que Simon Schou, directeur de l'innovation, Copenhagen Fintech et Paolo Guidici, professeur de statistiques, Université de Pavie. Le panel était animé par Trine Pernille Larsen, professeur associé, Centre de recherche sur les relations de travail, Université de Copenhague. Ce panel a permis aux praticiens du terrain de donner leur avis sur la recherche du projet et de la contextualiser avec leur propre expérience. L'une des principales conclusions de ce panel a été de rappeler que les personnes travaillant dans une entreprise Fintech ne sont pas toutes des ingénieurs informatiques très recherchés et que ces travailleurs ont souvent un pouvoir de négociation moins indépendant que ce que l'on pense généralement pour l'ensemble du secteur. Il s'agit là d'un aspect important à surveiller pour les syndicats, qui justifie également l'organisation ou la création de comités d'entreprise dans les sociétés Fintech à partir d'une certaine taille. Les défis et les possibilités posés par la numérisation du secteur financier ont également fait l'objet de nombreux débats au sein de ce panel. En effet, comme l'ont souligné les participants, les grandes entreprises technologiques, si elles adoptent les pratiques d'Amazon par exemple, pourraient avoir un impact très négatif sur les conditions de travail dans le secteur. Pourtant, de nombreuses jeunes entreprises Fintech, du moins dans les pays ciblés, démarrent avec des ambitions plutôt positives, en proposant des offres de services là où elles constatent un besoin et en plaçant ce besoin à un niveau de priorité plus élevé que la simple maximisation du profit.

Le troisième panel de la journée, consacré aux "compétences et talents, comment les développer et les retenir", a vu la participation de Diederik Bruggink, responsable de l'innovation et des paiements, ESBG ; Dr. hab. Renata Włoch, directrice scientifique de la faculté de sociologie de l'université de Varsovie ; Petru Dandea, secrétaire général de la confédération syndicale nationale Cartel ALFA et s'exprimant en tant que représentant du Comité économique et social européen ; Arne Fredrik Håstein, vice-président de Finansforbundet Norvège et Maurice Jongmans, PDG de Payment Innovator. Le panel était animé par Simon Jernberg, conseiller politique, Nordic Financial Unions. Compte tenu de la pénurie actuelle de main-d'œuvre qualifiée en informatique sur le marché ces dernières années, chacun des panélistes a pu présenter son point de vue unique sur les défis qu'elle pose pour les Fintech et le secteur financier au sens large, tout en permettant des réflexions sur la façon dont la pénurie pourrait être améliorée. Parmi les exemples de coopération avec les établissements d'enseignement par les syndicats, la co-création de modules de formation spécifiques pour les employés actuels et futurs de la finance, afin de s'assurer qu'ils ont les compétences nécessaires pour se déplacer facilement dans le secteur de la finance et peuvent continuer à le faire dans les années à venir. Au cours des discussions, la Commission européenne a également été encouragée à contribuer à la création d'un plus grand nombre d'opportunités d'éducation et de formation afin d'atténuer les pénuries de compétences spécifiques. De même, Maurice Jongmans a évoqué l'importance pour les institutions financières historiques de considérer les Fintechs moins comme des concurrents que comme des partenaires potentiels et de partager leurs ressources et leurs connaissances, dans l'intérêt des entreprises elles-mêmes et des clients.

Le quatrième et dernier panel de la journée s'est penché sur "La voie à suivre, comment le secteur Fintech sera organisé à l'avenir". Les intervenants étaient Ella Sjödin, directrice des politiques et des affaires publiques, Finansförbundet ; Louise Grabo, secrétaire générale, Swedish Fintech Association ; Peter Kerstens, conseiller en matière d'innovation technique et de cybersécurité, DG FISMA, Commission européenne, et Morten Holm Bundgaard, consultant principal, LL.M., association danoise des employeurs du secteur financier (FA). Le panel était animé par Carin Hallerström, secrétaire générale, Nordic Financial Unions. Au cours de cette table ronde, un certain nombre de sujets importants ont été abordés, notamment la question toujours d'actualité de l'égalité des chances entre les Fintech et la finance traditionnelle en matière de réglementation. Ce qui est intéressant ici, c'est que les deux parties du débat se considèrent comme celles qui ont une réglementation biaisée en leur défaveur. La question de savoir si les entreprises Fintech européennes sont assez audacieuses a également été soulevée, avec la remarque que les Fintech européennes ont tendance à être beaucoup plus prudentes sur leurs propositions de valeur que les Fintech américaines, tout en ayant souvent une bien meilleure infrastructure pour soutenir leurs offres. Les entreprises européennes sont donc souvent dépassées par la concurrence ou s'imposent des contraintes inutiles qui les empêchent de se développer. Quant au rôle potentiel que les syndicats pourraient jouer dans l'avenir du secteur, la nécessité d'être innovant et explorateur a de nouveau été évoquée, ainsi que la possibilité pour les syndicats de jouer un rôle actif dans la promotion d'une plus grande diversité dans le secteur, en termes de genre, de compétences et d'origine.

De plus amples informations sur le projet, ainsi que les rapports de projet et les enregistrements des événements organisés pendant toute la durée du projet, sont disponibles sur le site web du projet : www.fintechandtradeunions.com.

Réunions et événements

2022

28

Nov

Réunion de dialogue social sur les billets de banque

30

Nov

Comité de dialogue social sectoriel Services postaux Réunion plénière

Poste et logistique

Horaire et lieu : A CONFIRMER

01

Déc.

Réunion de dialogue social du secteur du commerce

Commerce

Calendrier à confirmer