Les affiliés de l'ICTS et leurs homologues s'unissent pour le droit de chacun à un monde du travail exempt de violence et de harcèlement

Les affiliés de l'ICTS et leurs homologues s'unissent pour le droit de chacun à un monde du travail exempt de violence et de harcèlement

Pouvoir travailler en toute sécurité et dans la dignité, sans violence ni harcèlement d'aucune sorte, est un droit humain fondamental dont aucun travailleur ne doit être privé.

Les travailleurs des STIC sont malheureusement touchés par les inégalités et la discrimination dans leur propre secteur. Au cours d'un atelier de deux jours, des syndicalistes et des employeurs de tout le secteur des STIC en Europe se sont réunis. Ils ont partagé leurs expériences et se sont renseignés sur les initiatives aux niveaux européen et mondial visant à mettre fin à la violence et au harcèlement au travail. Ils ont également échangé sur les politiques de lutte contre le harcèlement et de prévention de la violence dans les différents pays et entreprises et pour discuter plus avant d'actions communes visant à éliminer les pratiques négatives en renforçant le dialogue social et en mettant en œuvre des mécanismes de prévention appropriés.

Selon les participants à l'atelier, la violence est perçue comme un problème externe, la violence liée au sexe étant l'agression la plus fréquente. La violence externe se produit surtout dans les centres de contact, les magasins de vente au détail et autres zones en contact avec la clientèle. Dans ce contexte, il est positif que de nombreuses entreprises du secteur des STIC aient déjà mis en place une politique globale de lutte contre la discrimination en matière de violence et de harcèlement, voire une politique autonome pour certaines.

"Nous devons aborder ce sujet crucial et trouver des solutions également dans les conventions collectives, en particulier pour la question pressante de la violence externe" - a déclaré Daniel Hügli, UNI Europa Président de l'ICTS.

Cela fait presque 3 ans que l'OIT a adopté, en juin 2019, sa Convention 190 sur l'élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail et pourtant, à ce jour, seuls 19 pays dans le monde l'ont ratifiée - et seulement 6 d'entre eux en Europe.

Les lignes directrices intersectorielles de l'UE pour l'élimination de la violence et du harcèlement au travail dans le secteur des services doivent être fondées sur une approche intégrée, globale et sensible au genre, renforcée par le dialogue social. La ratification de la convention C190 de l'OIT par tous les États membres de l'UE est impérative", a déclaré Amel Selma Djemail, UNI Europa , directrice de l'égalité des chances.

L'atelier s'est terminé par un brainstorming sur ce qui devrait être inclus dans les lignes directrices intersectorielles qui seront développées tout au long du projet et présentées lors de sa conférence finale l'année prochaine. Les points clés qui sont ressortis des discussions sont l'importance de la sensibilisation et de la formation des cadres et des employés, ainsi que la nécessité d'identifier les menaces à un stade précoce. Le dialogue social et la négociation collective sont les outils permettant d'élaborer des politiques du lieu de travail qui devraient inclure une protection forte contre la discrimination, la violence et le harcèlement et prévoir des dispositions sur les mécanismes de prévention, de mise en œuvre et de suivi. Les participants assureront le suivi de l'événement d'aujourd'hui et intégreront les résultats de la discussion dans leur travail sur une déclaration commune sur la violence dans le dialogue social sectoriel européen pour les télécommunications.

"Les syndicats de l'ICTS jouent un rôle important dans la lutte contre la violence et le harcèlement. En recueillant des exemples de bonnes pratiques, en sensibilisant aux nombreux visages de la violence et en abordant cette question dans les négociations collectives, nous pouvons contribuer à créer un lieu de travail plus sûr et plus inclusif pour tous", a souligné Birte Dedden, UNI Europa directrice de l'ICTS.

L'inégalité entre les femmes et les hommes persiste dans le monde du travail sous de nombreuses formes, qu'il s'agisse des perspectives de carrière et des possibilités d'évolution ou des diverses conditions d'emploi. L'objectif de ce projet intersectoriel UNI Europa Equal Opportunities est de contribuer à mettre fin à la violence et au harcèlement au travail et de s'attaquer à la violence domestique, car - avec l'augmentation du travail à distance - le domicile est devenu le nouveau lieu de travail.

Grâce à ce projet, UNI Europa entend : 

  • continuer à faire campagne pour la ratification de la convention 190 et de la recommandation 260 de l'OIT ; 
  • former et informer sur les outils et mécanismes disponibles pour prévenir la violence et le harcèlement dans le monde du travail ; 
  • encourager les affiliés et les organisations d'employeurs à utiliser la négociation collective comme un outil pour atteindre ces objectifs ; 
  • s'attaquer à l'écart entre les salaires et les pensions des hommes et des femmes afin de résoudre le problème de la violence économique ; 
  • discuter du contenu du projet de directive européenne sur la transparence des salaires ; 
  • encourager la participation active aux campagnes, activités, marches et protestations ; 
  • combattre toutes les formes de régression sociale ; 
  • soutenir une stratégie conjointe des partenaires sociaux à multiples facettes, y compris l'échange de bonnes pratiques pour lutter contre l'exclusion et la discrimination sur le lieu de travail ainsi que le développement de cultures participatives sur le lieu de travail où l'inclusion et la diversité sont une priorité ; 
  • et élaborer des lignes directrices européennes intersectorielles pour les travailleurs du secteur des services sur la prévention de la violence et du harcèlement au travail.

Pour plus d'informations sur le projet et les présentations, veuillez contacter : Amel Selma Djemail ou Birte Dedden.

Réunions et événements

2023

07

Février

Panel en ligne sur la diversité et l'inclusion dans le secteur audiovisuel européen

Médias, divertissement et arts

Cette table ronde est la première de quatre qui seront organisées dans le cadre d'un projet mis en œuvre conjointement par les partenaires sociaux du secteur audiovisuel européen et cofinancé par l'Union européenne.

14

Février

Réunion du groupe de travail sur le travail intérimaire du Comité de dialogue social sectoriel

Travailleurs intérimaires

15

Février

61ème comité de gestion UNI Europa

Horaires : 10:00-17:00
Réunion en ligne (Zoom)