L'impact du capital-investissement sur les droits des travailleurs et les services essentiels

17.10.23

Soins

Le 29 septembre, 55 participants de 36 organisations se sont réunis au Comité économique et social européen (CESE) à Bruxelles pour discuter de l'impact du capital-investissement sur les travailleurs, les syndicats et les services essentiels dans l'Union européenne.

L'impact du capital-investissement sur les droits des travailleurs et les services essentiels

Cette conférence d'une journée est le résultat de la décision prise par la Conférence d'UNI Care Europa à Varsovie d'aborder la question de l'augmentation du nombre de maisons de repos détenues par des capitaux privés dans l'Union européenne. Cette tendance croissante a également été observée par de nombreux rachats d'entreprises dans les secteurs du nettoyage industriel et de la sécurité privée.

Dans son discours d'ouverture, Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa , a déclaré aux participants : "Les travailleurs des services essentiels continuent cependant de figurer parmi les travailleurs les moins bien payés de nos économies. Au cours des dernières décennies, les négociations sectorielles et multi-employeurs ont été attaquées. Les entreprises sont sorties des accords existants ou ont utilisé des vides juridiques pour appliquer une convention collective moins avantageuse. Le déclin des négociations sectorielles ou multi-employeurs ouvre la porte aux groupes privés à capitaux propres (PEG) qui peuvent ainsi fixer leurs propres conditions de travail. Seules des négociations collectives sectorielles et un dialogue social fort peuvent protéger les droits des travailleurs et des utilisateurs de services.

Lors de la première session, le réalisateur de documentaires Andres Acevedo, Aurora Li de Finanzwende et Lisa Nathan de UNI Global Union ont discuté de la manière dont le capital-investissement opère en faisant peser des dettes sur l'entreprise acquise et en lui facturant des frais pour récupérer les coûts d'achat. Les trois orateurs ont accordé une attention particulière à la manière dont les groupes détenus par des fonds d'investissement privés compromettent la qualité des services et les droits des travailleurs. En outre, la capacité des syndicats à négocier collectivement des salaires plus élevés, de meilleurs niveaux de personnel et de meilleures conditions de travail est rendue difficile car la direction a moins de marge de manœuvre. Bien que l'entrée de capitaux privés puisse présenter des difficultés pour les syndicats, les participants ont souligné que ces pratiques offraient aux syndicats de nouvelles possibilités de former des coalitions avec des groupes d'utilisateurs de services et d'autres parties prenantes.  

Hans Volmary, chercheur en économie et co-auteur d'une étude sur la financiarisation des infrastructures sociales critiques pour l'Arbeiterkammer en Autriche, a expliqué que la croissance du capital-investissement doit être analysée dans le contexte de la financiarisation des infrastructures sociales. Cette financiarisation comprend l'émergence de fonds d'investissement immobilier (REIT) qui possèdent des maisons de soins ainsi que des biens immobiliers que les agents de nettoyage et de sécurité nettoient et protègent. La dénonciatrice Andrea Würtz a quant à elle raconté comment une maison de soins détenue par des fonds d'investissement privés a systématiquement négligé ses usagers. Les deux intervenants sont arrivés à la conclusion que les syndicats doivent comprendre comment la financiarisation des soins et des services essentiels compromet la qualité des services et les droits des usagers.

Dans son discours d'ouverture, Hettie O'Brien, journaliste au Guardian, a donné un aperçu de la manière dont le capital-investissement s'est implanté dans des services essentiels au Royaume-Uni, tandis que le professeur Nick Bacon, de la City University of London, a présenté des données sur les effets du capital-investissement sur les négociations collectives, les niveaux de formation, la satisfaction au travail, les salaires et la gestion. Son argument provocateur selon lequel le capital-investissement ne porte pas nécessairement atteinte aux droits des travailleurs a suscité une discussion importante sur les tâches des syndicats à l'avenir.

Lors de la dernière table ronde, les affiliés d'UNI Care and Property Services de FISASCAT Italie, du GMB Royaume-Uni et de COZZ en République tchèque ont discuté de leurs expériences en matière de syndicalisation dans les entreprises détenues par des fonds d'investissement privés et de négociation avec ces dernières. La discussion a mis en évidence les différences sectorielles et a montré que les groupes de capital-investissement utilisent des stratégies différentes vis-à-vis des syndicats, en fonction du système national de relations industrielles. Tous les intervenants ont souligné l'importance de renforcer le pouvoir syndical et les conventions collectives afin que le capital-investissement ne puisse pas exercer une pression à la baisse sur les droits des travailleurs, les conditions de travail et la qualité des services.

La conférence "L'impact du capital-investissement sur les droits des travailleurs et les services essentiels" fera l'objet d'une publication dans les semaines à venir.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Mark Bergfeld, directeur des services immobiliers et de l'UNI Care : mark.bergfeld@uniglobalunion.org

Réunions et événements

2024

05

Mar

Réunion du groupe de travail sur les services postaux du comité sectoriel SD

Poste et logistique

Horaire : A CONFIRMER

05

Mar

Comité directeur du commerce

Commerce

08

Mar

Réunion du groupe de travail du comité de dialogue social de l'audiovisuel de l'UE - en ligne

Médias, divertissement et arts