Salaires minimaux et négociations collectives - Accord politique européen conclu

Salaires minimaux et négociations collectives - Accord politique européen conclu

Un accord politique provisoire sur le projet de directive relative à un salaire minimum adéquat a été conclu. Les négociateurs du Conseil et du Parlement européen ont annoncé cet accord aujourd'hui, qui constitue une étape importante vers l'adoption de cette législation européenne.

"Le projet de législation donne un signal pour le renforcement de la négociation collective : l'objectif de l'UE est une couverture de 80 % de la négociation collective dans chacun des États membres. Il exige une action gouvernementale dans la majorité des États membres en faveur de la négociation collective et des syndicats. Cette ambition est exactement ce dont les travailleurs européens ont besoin", a déclaré Oliver Roethig, secrétaire régional de UNI Europa.

"Pour être à la hauteur de cette ambition, les pouvoirs publics disposent d'un outil très efficace : les marchés publics. Il est indispensable d'exiger que toutes les entreprises qui obtiennent des marchés publics aient des conventions collectives avec leurs travailleurs. C'est l'objectif de la campagne "Pas de marché public sans convention collective" de UNI Europa. La directive donnera un coup de fouet à cet effort", a déclaré Oliver Roethig.

L'évolution de la couverture des négociations collectives (voir graphique) montre qu'il est grand temps que l'UE et les pays agissent. La démocratie au travail a été attaquée et le nombre de travailleurs qui ont leur mot à dire au travail a considérablement diminué au cours de la dernière décennie.

"Nous savons que la meilleure façon de garantir de bons salaires et de bonnes conditions de travail est de permettre aux travailleurs de s'exprimer collectivement. Pour que les lois et les politiques apportent une prospérité partagée, elles doivent faciliter la capacité des travailleurs à se regrouper en syndicats, et non l'entraver. Ce que nous ne voulons absolument pas, c'est que la législation européenne vienne perturber les systèmes nationaux de négociation collective qui sont déjà efficaces pour les travailleurs et leurs syndicats. Pour ce faire, il est crucial que cette directive protège les systèmes nationaux de négociation collective. Pour faire progresser les modèles sociaux européens, l'UE doit s'engager à aller de l'avant par le biais de la négociation collective", a déclaré Oliver Roethig.

L'objectif de l'UE consistant à ce que les États membres atteignent 80 % nécessitera un changement en faveur des travailleurs dans de nombreuses approches nationales des relations de travail. La négociation sectorielle et multi-employeurs est un élément essentiel des pays qui atteignent déjà cet objectif. Lorsque les syndicats de travailleurs peuvent négocier collectivement des conditions minimales pour des secteurs entiers, ils disposent d'un mécanisme permettant d'exclure les entreprises qui cherchent à saper la concurrence en s'attaquant aux conditions des travailleurs.

Les rapports indiquent également que la directive prend des mesures pour fixer les règles de l'UE sur les marchés publics. Depuis plus d'un an, UNI Europa fait pression pour que les entreprises qui privent leurs travailleurs de la possibilité de négocier collectivement soient elles-mêmes exclues des marchés publics. L'élan s'est renforcé, plus de 100 députés européens ont approuvé les demandes des syndicats et des personnes de toute l'Europe ont manifesté leur soutien. Inscrivez-vous pour soutenir la campagne ici

Plus d'informations :

 

Réunions et événements

2022

30

Nov

Comité de dialogue social sectoriel Services postaux Réunion plénière

Poste et logistique

Horaire et lieu : A CONFIRMER

01

Déc.

Réunion de dialogue social du secteur du commerce

Commerce

Calendrier à confirmer

02

Déc.

Réunion Q-Commerce

Commerce

Calendrier à confirmer